< Les CASTORS D'ALSACE (V.03/2017) L'autoconstruction, la renovation, la construction, l’amenagement Les CASTORS D'ALSACE (V.09/2016) L'autoconstruction, la renovation, la construction, l’amenagement

 

 

castors d’alsace
bâtir – aménager – rénover soi-même

 

 

 

 

DERNIERE MINUTE  -  ACTUALITES CASTORS

 

- - - - - - - - - - - -

 

 

Cotisation 2017

 

 

Nous vous informons que la cotisation annuelle 2017 est de 35 Euros.

Nous vous remercions par avance de bien vouloir acquitter cette cotisation sans attendre l'appel de
cotisation par voie postale. Plus vite les cotisations nous parviennent et plus facile sera notre gestion.

 

Votre chèque établi à l'ordre de " Castors d'Alsace " est à envoyer à :

Castors d'Alsace - Boite Postale 70170 -  67004 Strasbourg Cedex

 

Un grand merci à tous ceux qui nous ont déjà fait parvenir spontanément leur cotisation.

 

 

 

 

- - - - - - - - - - - -

 

 

 

Téléchargement du dépliant  castors d’alsace

 

 

Dans le but de promouvoir notre association, le conseil d’administration a confectionné un dépliant présentant les services et activités de l’association des castors d’alsace

 

Vous pouvez télécharger ce dépliant en cliquant sur le lien ci-dessous pour l’imprimer et le remettre ou l’envoyer en tant que pièce jointe par messagerie à toute personne susceptible d’être intéressé par notre association

 

Télécharger le dépliant sous format PDF  Cliquer ici

 

 

 

- - - - - - - - - - - -

 

Les castors d’alsace à la télévision sur FR3 Alsace

 

 

Deux reportages sur les castors d’alsace et les chantiers de certains de nos adhérents sont passés à la
    télévision sur FR3 Alsace dans l’émission en langue régionale « Rund Um » les jeudi 14 et vendredi 15 mai 2009.

 

Pour visualiser le reportage du jeudi 14 mai (fichier MP4)         Cliquer ici    (taille du fichier 19 Mo)

Pour visualiser le reportage du vendredi 15 mai (fichier MP4)    Cliquer ici    (taille du fichier 19 Mo)

 

Pré requis pour visualiser ces deux fichiers dans de bonnes conditions :

- liaison internet suffisamment rapide ;

- posséder un utilitaire permettant de visualiser les fichiers au format MP4.

 

Si vous ne possédez pas de lecteur MP4 sur votre ordinateur : pour installer le logiciel libre VLC    Cliquer ici

Attention : la  responsabilité des Castors d'Alsace ne saurait en aucun cas être engagée quant à l’installation et l’utilisation de ce logiciel.

 

 

 

 

- - - - - - - - - - - -

 

Actualités Castors - Informations générales

 

 

GROUPE  DE  SECURITE  EAU  CHAUDE  SANITAIRE

 

QU’EST CE ?        QUELLE EST SON UTILITE ?         COMMENT FONCTIONNE T-IL ?

 

FONCTION PRINCIPALE

Un groupe de sécurité eau chaude sanitaire est un dispositif conçu pour protéger un appareil de production d’eau chaude comme un chauffe-eau électrique ou un réservoir d’eau chaude produite par une chaudière alimentée au gaz, au fuel, au bois …

 

Son installation est obligatoire sur tout système de chauffage d’eau chaude sanitaire.

 

Ce dispositif de sécurité sert à compenser la dilatation de l’eau qui se manifeste lors de la chaleur produite par la résistance électrique dans le cas d’un chauffe-eau électrique ou par échange thermique dans le cas d’une chaudière.

 

La finalité ultime étant d’éviter l’explosion du réservoir contenant l’eau chaude sanitaire et les conséquences (dégâts des eaux…) pour le logement, voire les occupants de celui-ci.

 

 

AUGMENTATION DE LA PRESSION DANS LE RESERVOIR D’EAU CHAUDE SANITAIRE

Sans trop entrer dans les détails techniques : l’eau chauffée va augmenter de volume (environ + 3% à 60° C) et de ce fait la pression à l’intérieur du réservoir d’eau chaude sanitaire va augmenter. Le réservoir lui-même pourra absorber une partie de la pression mais pour éviter la dégradation, voire l’explosion, de celui-ci la soupape de sécurité du groupe de sécurité va se déclencher. Ceci se produit aux alentours de 7 bars de pression. L’évacuation d’une partie de l’eau chaude par le système de vidange (voir plus loin) attaché au groupe de sécurité va réduire la pression à l’intérieur du réservoir d’eau chaude. Lorsque la pression est revenue à un niveau normal, la soupape de sécurité se referme.

 

Il est ainsi tout à fait normal que durant tout cycle de chauffe de l’eau chaude sanitaire, le groupe de sécurité laisse s’écouler une partie de l’eau du réservoir.

 

Toutefois pour limiter cette déperdition d’eau chaude qui a un coût financier, l’installation d’un vase d’expansion peut s’avérer judicieuse. Dans ce cas c’est le vase d’expansion qui va absorber l’augmentation de la pression à l’intérieur du réservoir d’eau chaude. Le vase d’expansion devra être dimensionné de la manière suivante si la température de l’eau chaude sanitaire ne dépasse pas 70° C :

- capacité de 5 voire 8 litres pour un réservoir d’eau chaude de 100 litres ;

- capacité de 8 voire 12 litres pour un réservoir d’eau chaude de 150 litres ;

- capacité de 12 voire 18 litres pour un réservoir d’eau chaude de 200 litres.

 

Prendre soin de bien fixer le vase d’expansion au mur. Si la membrane à l’intérieur du vase d’expansion devait lâcher, ce sont autant de litres d’eau (selon dimensionnement ci-dessus) qui vont brusquement remplir le vase d’expansion. Une mauvaise fixation peut dans ce cas provoquer la chute du vase d’expansion, endommager l’installation d’eau chaude sanitaire (rupture de canalisations d’eau entre autres). Il sera quasi impossible de faire prendre en charge par l’assurance les dégâts résultant d’une mauvaise fixation.

 

La plupart des vases d’expansion étant d’usine pré gonflés à 3 bars, pour éviter qu’ils ne se remplissent du fait de la simple pression d’arrivée de l’eau froide qui à la sortie du compteur est généralement supérieure à 3 bars, l’ajout d’un réducteur de pression à l’installation s’avère indispensable. Ce réducteur de pression aura aussi l’avantage de protéger vos appareils sanitaires (robinets, mitigeurs, WC …), d’en garantir le bon fonctionnement et d’en prolonger la durée d’utilisation.

Le réducteur de pression est installé généralement à la suite du compteur d’eau. Ne pas oublier d’intercaler un robinet entre ces deux appareils pour permettre par exemple l’arrosage des espaces verts avec une pression suffisante.

 

 

UNE INSTALLATION AUX NORMES

A ce stade, le constat que l’on peut faire, c’est qu’une installation d’eau chaude sanitaire est un subtil dosage de divers composants. Si au groupe de sécurité (rappelons que ce dispositif de sécurité est obligatoire), au vase d’expansion et au réducteur de pression, sont rajoutés les raccords isolants diélectriques pour éviter la corrosion et le mitigeur thermostatique MMV-C (dispositif obligatoire depuis fin 2006) l’installation de chauffage ou de stockage de l’eau chaude sanitaire sera complète (du point de vue règlementaire tout du moins…).

 

Revenons au groupe de sécurité eau chaude sanitaire. Cet appareil outre l’aspect sécuritaire devant empêcher la dégradation, voire l’explosion du réservoir d’eau chaude sanitaire, à encore d’autres fonctions :

- un clapet anti-retour intégré au groupe de sécurité empêche le refoulement de l’eau chaude sanitaire dans le circuit d’eau froide lorsque que la pression à l’intérieur du réservoir d’eau chaude dépasse la pression d’arrivée de l’eau froide ;

- isoler le réservoir d’eau chaude via un robinet d’arrêt intégré au groupe de sécurité et ainsi permettre des travaux de maintenance, le remplacement … du réservoir d’eau chaude ;

- permettre via la soupape de sûreté de vidanger le réservoir d’eau chaude. Attention toutefois à la pression et à la température de l’eau chaude durant cette opération : risques très importants de brûlures…

 

Dernier élément, mais non des moindres, le duo siphon-orifice de vidange situé sous le du groupe de sécurité. L’orifice de vidange doit être raccordé à l’évacuation des eaux usées (en respectant le bon diamètre). Un simple seau ne suffit pas !  En effet si le réducteur de pression ou le groupe de sécurité devait casser (cela arrive certes rarement), il n’est pas rare qu’en une nuit 25 m3 d’eau se répandent dans le logement. Inutile de préciser que l’expert que l’assurance aura mandaté relèvera de suite la chose et toute indemnisation paraît de ce fait illusoire.

 

 

SCHEMA D’UNE INSTALLATION TYPE

Un bon croquis valant toujours mieux qu’un long discours, d’autant plus qu’il y a encore matière à discussion sur le sujet et que cet article n’a nullement la prétention d’être exhaustif, ci-après le schéma d’une installation type alimentée soit via un chauffe-eau électrique, soit via une source de chaleur extérieure (chaudière gaz - fuel - bois …). Cette installation type pouvant évoluer par exemple par l’ajout d’un système complémentaire de chauffage ou de préchauffage de l’eau chaude sanitaire via l’énergie solaire ou une pompe à chaleur par exemple.

 

Reste à préciser que bon nombre de chaudières intégrant la production d’eau chaude sanitaire contiennent de base les différents éléments mentionnés dans cet article qu’ils soient règlementaires ou non.

 

 

 

   

Retour au menu d’accueil      Cliquer ici

 

 

Conception et réalisation Fédération des Castors d’Alsace   © 2017     -     Mentions légales     -     Tous droits réservés